Index du Forum


 
 Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: La reproduction des poissons ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> les poisson d'eau douce -> reproductions
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
david
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Mai 2009
Messages: 112
Localisation: Roubaix
Masculin Taureau (20avr-20mai) 羊 Chèvre
Point(s): 155
Moyenne de points: 1,38

MessagePosté le: Mer 3 Juin - 03:43 (2009)    Sujet du message: La reproduction des poissons Répondre en citant

La reproduction des poissons
  
Les poissons se divisent en deux grandes catégories :   
- les ovipares : ils pondent des oeufs. Ce sont, de loin, les plus nombreux.
- les vivipares : l'incubation des oeufs a lieu dans la poche maternelle et les petits naissent tout formés. Les exemples les plus connus sont les guppy, platy, molly.   
La reproduction des poissons en zone tempérée est largement dépendante des saisons : le poisson rouge se reproduit ainsi typiquement en bassin avec l'arrivée du printemps, lorsque les températures se réchauffent et que la nourriture redevient plus abondante.
Pour les poissons des zones tropicales, de nombreux facteurs peuvent entraîner le déclenchement de la ponte : une pluie ou un réchauffement des températures, l'influence de la lumière (beaucoup de poissons se reproduisent le soir ou au petit matin) sont autant de stimuli possibles.
L'alimentation joue elle aussi un rôle important dans le déclenchement de la reproduction : des poissons bien nourris auront naturellement plus de chance d'avoir beaucoup d'oeufs et une plus belle descendance.
Après une cour plus ou moins spectaculaire et même parfois presque violente, les oeufs des espèces ovipares sont expulsés par la femelle et rapidement fécondés par le mâle.
Certains poissons, les cichlidés par exemple, assurent un contrôle parental (parfois la femelle, parfois le mâle, parfois les deux) afin de s'assurer que les oeufs puis les alevins ne finissent pas dévorés par les prédateurs ou que les oeufs ne soient pas attaqués par les champignons (en retirant systématiquement les oeufs non viables et en les ventilant grâce à leur nagoires pectorales); mais d'autres espèces, généralement très prolifiques, ne s'occupent absolument pas de leur progéniture : c'est un bon pari en ce qui les concerne car les oeufs sont si nombreux qu'une partie finira bien par s'en sortir et les femelles peuvent alors se permettre d'enchaîner plus rapidement les pontes.   
  
  
Les cichlidés assurent un contrôle parental    
  
En aquarium, un certain nombre de problèmes ou d'obstacles peuvent cependant apparaître.
Tout d'abord, les poissons qui prennent soin de leurs oeufs et parfois même des alevins doivent avoir un sentiment suffisant de sécurité : cela peut par exemple consister en une cache aménagée où seront déposés les oeufs et que les poissons garderont contre tout intrus; cela passe aussi par l'appropriation d'un territoire suffisant. Faute de quoi les poissons délaisseront ou dévoreront même leurs propres oeufs en "estimant" simplement que leur descendance n'aura aucune chance de survivre et, faute de mieux, en s'offrant au moins un menu très riche en protéines. Quelquefois, des juvéniles peuvent également finir par être dévorés lorsqu'ils ont cette fois atteint une certaine taille (ceci n'est pas rare chez les cichlidés) : l'explication la plus simple est que, faute d'un espace suffisant dans l'aquarium, les jeunes n'ont pu suffisamment prendre de distance avec les parents qui les voient désormais soit comme une menace pour la prochaine génération soit comme des compétiteurs - la seule solution consiste donc à retirer les jeunes.
Pour les poissons ne s'occupant pas de leur progéniture, l'équation est assez simple : l'aquarium est-il suffisamment vaste et comporte-t-il assez de caches (décor, plantes) pour qu'une partie des oeufs et des petits échapppent aux poissons adultes, y compris papa et maman ? Si ce n'est pas le cas, un bac de reproduction à l'hygiène correcte devra être utilisé.   
L'incubation des oeufs prend quelques jours. Les larves quittent ensuite l'oeuf : pendant les tout premiers jours, elles se nourriront grâce aux réserves en nutriments contenues dans le sac vitellin. Les alevins passeront ensuite à diverses proies plus ou moins microscopiques selon leur taille et leur espèce.
Cependant, chez les vivipares, dans la mesure où les petits sortent tout formés, ceux-ci doivent eux être à même de dénicher leur nourriture dès les premières heures. Leur exceptionnelle mobilité dès les premières minutes suivant l'expulsion du ventre maternel est un atout incontestable.   
  
  
Guppy ou platy se reproduisent souvent spontanément dans nos aquariums et ce parfois même sans aucun mâle présent dans le bac. Les femelles ont en effet la capacité étonnante de stocker le sperme pendant six mois. Quelques-uns survivront même à la prédation des adultes (mais pour optimiser leurs chance de survie, on utilise un bac de reproduction d'où on retire la femelle juste après la naissance)    

Les ovipares sont beaucoup plus prolifiques que les vivipares : cela s'explique notamment par le risque de prédation sur les oeufs et les larves. Les vivipares ont nettement moins de petits mais leur taux de survie, assez élevé, permet de compenser aisément.
Il existe tout un tas de stratégies permettant d'optimiser la chance de survie des oeufs en dehors de tout contrôle des parents. Par exemple, de petits oeufs transparents auront beaucoup plus de chance d'échapper aux prédateurs; les plus gros oeufs étant plus visibles, les espèces qui les pondent exercent le plus souvent une surveillance farouche.
L'incubation buccale est une autre stratégie utilisée notamment par des poissons originaires du lac Malawi (Afrique) : la femelle commence à pondre et récupère ses propres oeufs dans sa bouche. Elle est ensuite attirée par le mâle qui libère sa laitance. Elle récupère la laitance dans sa bouche afin de féconder les oeufs et puis se dissimule dans une cavité rocheuse (épisode particulièrement épuisant car elle ne peut plus s'alimenter pendant cette période). Les oeufs sont peu nombreux mais le taux de survie est très élevé et la femelle maintiendra sa surveillance après l'éclosion.
Dernier exemple : les poissons appartenant à la famille des belontidés (combattants, gouramis, etc) vivent dans un milieu souvent appauvri en oxygène, auquel ils se sont cependant adaptés grâce à un organe respiratoire auxiliaire appelé labyrinthe. Ces poissons construisent un nid de bulles à la surface de l'eau, l'endroit où l'oxygène est le plus concentré, dans lequel le mâle dispose les oeufs après avoir aspiré l'air en surface : ce nid sert de refuge aux oeufs et les bulles qui le forment restent stables grâce à du mucus et adhèrent ainsi les unes avec les autres. Pendant cette phase, tout intrus serait violemment chassé par le mâle.   

  
Le combattant est un pondeur sur nid de bulles    

La mise en place d'un bac de reproduction dédié pour certaines espèces, l'installation de grilles de séparation en aquarium d'ensemble ou alors la mise en place d'abris rocheux pour les cichlidés donnera, on le voit bien, les meilleurs résultats.   


Revenir en haut
MSN
Publicité






MessagePosté le: Mer 3 Juin - 03:43 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> les poisson d'eau douce -> reproductions Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Texno x0.3 © theme by Larme D'Ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com